Communiqué de presse — proposition n° 1

Article publié le 19/08/2014.
[Communiqué de presse] Comment revaloriser les salaires sans léser l'État et les entreprises ?icône PDF Télécharger le PDF.

[Pour diffusion immédiate.]

ProgrèsSocial.Org inaugure son action en s'invitant au conseil des ministres de rentrée. Alors que le gouvernement se réunira pour la première fois depuis la censure du volet social du pacte de responsabilité par le Conseil constitutionnel, ProgrèsSocial.Org démontre qu'il n'est besoin que d'un soupçon de volonté politique pour résorber la précarité dans laquelle est plongée un grand nombre de ménages.

ProgrèsSocial.Org s'attache en effet à prouver qu'il est possible, en modifiant simplement l'assiette de calcul des cotisations sociales, d'autofinancer une revalorisation exceptionnelle des bas et très bas salaires, avec un SMIC mensuel porté à 1400 € nets. Outre les retombées indirectes difficiles à évaluer, la mesure aurait des conséquences positives directes sur la comptabilité des entreprises, en réduisant de manière générale les cotisations sociales pour les salaires inférieurs à 3550 € net mensuels, et pourrait permettre d'augmenter de manière non négligeable les recettes de l'État.

Dans une courte lettre ouverte, après avoir insisté sur le caractère autofinancé de la mesure, ProgrèsSocial.Org rappelle au Président de la République sa responsabilité en ce qui concerne une éventuelle poursuite de la percée de l'extrême-droite aux prochaines échéances électorales et souligne l'effet positif que cette proposition pourrait avoir sur la défiance des Français envers la politique.

La proposition avancée par ProgrèsSocial.Org consiste à exonérer de cotisations les premiers 1350 € perçus, et à ajuster les taux de cotisation de manière à compenser les moins-perçus. Le financement de cette mesure serait porté par les entreprises les plus florissantes, via les 10 % de travailleurs salariés dont le revenu mensuel est supérieur à 3550 € nets.

ProgrèsSocial.Org est un laboratoire d'idées qui a pour vocation la promotion du progrès social « au sens large », par le biais de propositions « concrètes et réalistes » émises après étude « rationnelle et sans dogmatisme [des] problématiques économiques, politiques et sociales ».