Appel aux parlementaires

Article publié le 09/09/2014.
icône PDF Télécharger le PDF.

Mesdames et messieurs les députés,

Avant de voter la confiance dans le nouveau gouvernement, nous vous conjurons de considérer avec attention la présente invitation.

Nous appelons tous les députés, de droite comme de gauche, frondeurs ou suiveurs, de la majorité ou de l'opposition, à se rassembler autour d'une proposition concrète, simple et inédite, susceptible d'apporter à la fois relance et compétitivité. Nous sommes conscients que cette courte présentation peut prêter à scepticisme, mais nous sommes persuadés qu'une lecture attentive de notre proposition achèvera de vous convaincre de sa viabilité.

Résumée en quelques mots, elle consiste d'une part à réorganiser l'échelle des cotisations sociales, en allégeant les cotisations pour les salaires inférieurs à 3550 € nets, qui concernent plus de 90 % des salariés du secteur privé, et d'autre part à revaloriser le SMIC mensuel à 1400 € nets sans modification de son coût employeur, en pratiquant un abattement de 1350 € sur l'assiette de calcul des cotisations. Nous vous invitons à consulter la page http://progressocial.org/propositions/prop1/application/, qui présente une simulation de cette mesure dans le secteur privé, et démontre chiffres à l'appui qu'elle ne coûterait rien à l'État.

Nous ne sommes pas magiciens : une telle mesure a un coût. Celui-ci serait porté par les entreprises les plus florissantes, via les cotisations des 9 % de salariés les mieux rémunérés.

Nous pensons, étant données l'urgence et la gravité de la situation économique et surtout de la crise politique (à notre avis encore sous-estimée) que traverse notre pays, que cette proposition doit venir d'en haut, c'est-à-dire du gouvernement et/ou de l'Assemblée nationale. Il nous semble presque obscène de le mentionner, mais la portée électorale d'une telle mesure pour celles et ceux qui la soutiendront ne vous aura pas échappé. Néanmoins, si elle devait ne pas être reprise d'ici les semaines qui viennent, nous veillerions à en assurer la publicité et à faire en sorte qu'elle soit portée par le peuple lui-même.

Les cartes sont entre vos mains. Ne déroulez pas un tapis rouge sur le boulevard déjà ouvert au Front National : pour le peuple de France et pour l'avenir politique de notre pays, agissez.

Avec l'expression de nos sentiments les plus dévoués.